Réforme

Réforme de l'entrée dans les études de santé : Suppression du Numerus Clausus et nouvelles voies d'entrée
 

Le modèle proposé

Le modèle proposé serait donc de :

  • Supprimer le Numerus Clausus et la PACES (Première Année Commune aux Etudes de Santé), anxiogènes et à l'origine d'un grand gâchis humain
  • Création de différentes voies d'entrée dans les études de santé pour faciliter l'orientation et la réorientation des étudiants

Les objectifs

La réforme d'entrée dans les études de santé (REES) est de DIVERSIFIER les profils des étudiants en santé en proposant différentes voies d'entrée, et aussi d'augmenter le nombre de professionnels de santé pour pallier aux déserts médicaux : l'objectif de Ma Santé 2022 est d'augmenter le nombre de médecins de 20%
En effet, la réforme proposerait de nombreuses voies d'accès aux deuxièmes et troisièmes d'étude de MMOP(KE) (Maïeutique, Médecine, Odontologie, Pharmacie) et 1ère année d'Ergothérapie et de Kinésithérapie, en passant par des filières totalement différentes et multidisciplinaires. L'avantage est d'obtenir in fine un panel très varié d'étudiants, disposant non pas de connaissances brutes telles que l'exige l'actuelle PACES, mais de compétences nécessaires pour devenir un bon professionnel de santé.

Les modalités d'évaluation vont également être bouleversées, de par le bachotage et la dimension ingrate de la PACES et de son fonctionnement en tant que concours, ainsi que par la futilité voire l'inutilité pédagogique de certaines connaissances que cette année requiert. La limite serait de délaisser complètement les unités d'enseignement de la PACES actuelle qui sont pour la plupart essentielles voire nécessaires à la compréhension des contenus des cours dans la suite des cursus de santé, même si effectivement la PACES est parfois dite « médecine-centrée », et n'apporte pas beaucoup de connaissances nécessaires aux autres formations telles que la kinésithérapie, l'ergothérapie ou la maïeutique.
Enfin, la réforme serait un levier au développement de passerelles intéressantes liant différents domaines universitaires et in fine professionnels, tout en permettant la réorientation plus facile, sujet plus que délicat et difficilement abordable dans un contexte d'une PACES ne délivrant aucun diplôme ni même aucune licence.

Les voies d'entrée

Il y aura désormais plusieurs voies d'entrée dans les études de santé une fois le baccalauréat obtenu.


1) La voie "PASS" : Parcours Spécifique Accès Santé

A droite du schéma : La voie de l'année PASS (auparavant appelée "Portail Santé") : C'est une année dont le programme sera axée sur la santé, avec des unités d'enseignement communes à celles de la PACES actuelle (biochimie, cytologie, histologie, anatomie, physiologie, biostatistiques...) mais qui sera allégée, pour compter également :

  • Une mineure X de 10 ECTS* que l'Université propose, qui ne se choisit qu'après les démarches Parcoursup une fois inscrit à l'Université (composée notamment de Sciences Humaines, Droit et Langues)
  • Un module d'anglais
  • Un module de "découverte des filières de santé" : orientation
  • D'autres UE** supplémentaires (obligatoires) telles que la préparation aux oraux pour les épreuvres d'admission
     
Il n'y aurait plus de concours comme en PACES, avec deux échéances dans l'année : on aurait ici un contrôle continu avec des examens partiels, à l'instar d'un cursus universitaire classique, ce qui permettrait d'avoir un dossier universitaire qui sera traité au moment des admissions ou non en études de santé.
Pour cette année particulière, il serait impossible de redoubler. Ainsi, il y a trois possibilités pour un étudiant dans cette voie :
  • L'étudiant valide son année (au moins 10/20 = obtention de 60 ECTS), réussit les épreuves d'admission et entre en 2e année d'étude de santé.
  • L'étudiant valide son année (au moins 10/20 = obtention de 60 ECTS), n'est pas admis en étude de santé mais peut prétendre à entrer en 2e année de sa mineure X (Si l'étudiant a choisi la voie MMOP(KE) + une mineure STAPS, il pourra accéder à une L2 STAPS + Mineure Santé, où il pourra à l'issue de cette L2 (ou de sa L3), une deuxième et dernière fois candidater pour une 2e année de santé.
  • L'étudiant ne valide pas ses 60 ECTS (< 10/20), ne pouvant pas redoubler il devra repasser par le système d'admission post-Bac (Parcoursup)
* Les "ECTS" sont des crédits universitaire européens qui permettent de faciliter les échanges au sein de l'Europe. Une année de licence validée correspond à l'obtention de 60 ECTS (pour valider les ECTS d'une UE , il faut avoir au minimum 10/20)
** Une "UE" ou "Unité d'Enseignement" : les matières/domaines étudié(e)s, par exemple l'UE1 en PACES correspond à la chimie, biochimie et biologie moléculaire, qui est affiliée à un nombre défini d'ECTS.
 
2) La voie des licences à mineure santé ou "LAS" : Licences Accès Santé
A gauche du schéma : La deuxième voie possible serait la voie dites "des licences à mineure santé".
A l'inverse de la précédente, le coeur de cette année universitaire serait axée sur un cursus classique dans une licence que l'Université proposera. A cela sera ajoutée une "mineure santé" de 10 ECTS qui comprendra les bases très générales nécessaires aux études de santé, notamment en anatomie et en physiologie.
La question est de savoir si cette mineure sera intégrée aux 60 ECTS nécessaire à la validation de l'année, ou si elle représentera 10 ECTS supplémentaire à la L1 choisie, ce qui donnerait une année à 70 ECTS au total (option qui semblerait être finalement retenue pour l'Université de Lorraine).

Quelles licences seront ouvertes pour cette voie ?
 
Licences présentes sur les deux sites
Licences présentes sur l'un des deux sites
Droit Allemand (Uniquement à Metz / Campus Bridoux)
Eco - gestion MIASHS (Uniquement à Nancy / Campus Brabois)
STAPS (présent sur les deux sites et à Epinal)  
Sciences de la vie  
Physique - Chimie  
Sciences pour l'ingénieur  
Maths Info  

Quid de la mineure Santé ?
Cette mineure nécessitera d'être validée avec une note assez élevée pour pouvoir prétendre à rentrer en étude de santé.
On se doute que le déséquilibre et l'hétérogénéité des étudiants qui viendront de ces voies différentes nécessiteront la refonte de la 2e année des études de MMOPKE.

Chaque université définira les proportions d'étudiants issus de chaque voie d'entrée dans les promotions de 2e année de MMOP et de 1e année de KE.
Actuellement en Lorraine, nous serions sur un équilibre d'environ 50% issus de chacune des deux voies, mais risque fortement d'être changé.
Notons qu'il faut compter environ 5% des étudiants en 2e année d'études de santé qui seront issus de formation délivrant un diplôme d'état (infirmier, ergothérapie etc...) et qui auront voulu se réorienter dans une autre profession médicale / para-médicale.


Les phases d'entrée

L'admissibilité commencera par l'étude des dossiers des étudiants qui souhaitent entrer en études (para)médicales. Il est important de savoir que seul le dossier UNIVERSITAIRE doit être évalué.
 

1) Les grands admissibles

Les grands admissibles seraient des étudiants qui n'auraient pas besoin de passer les épreuves d'admission pour entrer en études de santé. Les universités souhaitent obtenir un pourcentage assez élevé de grands admissibles dans les promotions de MMOPKE. C'est 50% qui serait retenu pour la Lorraine. (25% de chacune des deux voies d'entrée)
 

2) L'admission

L'admission serait un ensemble d'épreuves orales et écrites. Les oraux (idéalement plus d'un par étudiant) seraient un moyen d'évaluer non pas des connaissances brutes (telles que la PACES l'exige) mais des compétences pour être un bon professionnel de santé.
Les épreuves écrites auraient une docimologie différente de la PACES (fin du format QCM, plus de questions à réponses ouvertes et rédactionnelles).

A noter que :

  • Un étudiant ne pourra candidater que deux fois lors de son cursus (comme la PACES actuelle)
  • A chaque candidature, un étudiant ne pourra candidater qu'à deux filières de santé
     

L'année de transition

Pour l'année à venir, l'Université prévoit une dernière année de PACES uniquement pour les futurs doublants. Si vous êtes en PACES cette année, pas de panique ! Il sera toujours possible de redoubler la PACES. Un numérus dédié aux doublants sera déterminé pour l'année universitaire 2020-2021.


Ce qu'il faut retenir

  • Il existe deux voies d'entrée pour les néo-bacheliers
  • Possibilité de se réorienter en L2 de la licence X pour les deux voies
  • L'année PASS ne se redouble pas
  • Plus de concours, plutôt des partiels et des épreuves d'admission ensuite et notamment des ORAUX
  • Une certaine proportion de grands admissibles
  • Il est possible de redoubler sa PACES cette année
  • Evaluation non sur des connaissances mais plutôt sur des COMPETENCES
  • Bien que le Numerus Clausus disparaisse, la sélection sera toujours belle et bien présente : les capacités d'accueil des facultés et écoles ne sont pas extensibles à l'infini, malgré le phénomène toujours grandissant des déserts médicaux.